Légende


Bref rappel de l’histoire des quatre frères

 

Point de départ de l’épopée : la révolte des quatre fils du Duc Aymon de Dordogne contre Charlemagne qui est leur suzerain.

Suit alors une longue chanson de Geste de 18 489 vers, car les rebondissements de cette lutte acharnée sont sans fin.

Un bref aperçu de cette légende d’après le texte des Editions Troyennes de la Bibliothèque Bleue au XVIIème siècles.

 

 

Le roman s’ouvre sur un long préambule opposant le Duc Beuves d’Aigremont, oncle des fils Aymon, à l’empereur Charlemagne qu’il refuse de servir lors d’une guerre. L’empereur envoie son propre fils en délégation mais il est tué lors de l’entrevue. Un essai de réconciliation intervient mais les hommes de Charlemagne tuent par trahison le Duc. C’est dans ce climat tendu de méfiance et haine réciproques que l’empereur adoube les quatre frères. Commence alors véritablement l’histoire des quatre fils d’Aymon.

 

Lors des fêtes de la Pentecôte, l’empereur tient une cour plénière et, après le repas, Renaud, lors d’une partie d’échecs, se querelle avec Berthelot, neveu de Charlemagne et le tue. S’ensuit alors une longue guerre entre les protagonistes.

 

C’est d’abord le château de Montessor, plus tard désigné sous le nom de Château-Regnault, qui est assiégé et pris par trahison. Les Quatre fils d’Aymon s’enfuient et se réfugient dans la forêt d’Ardenne. A bout de ressources, ils vont trouver leur mère qui leur fournit l’argent nécessaire pour résister à l’empereur.

Ils arrivent en Gascogne, aident le roi Yon à se débarrasser des Sarrazins et s’établissent en faisant construire Montauban. Renaud épouse Claire, la soeur du roi Yon, qui lui donne deux enfants mâles. Mais Charlemagne découvre la retraite des frères et somme le roi Yon de lui remettre ses ennemis sous peine d’être assiégé.

Un premier assaut est donné contre Montauban et le neveu de l’empereur, Roland, entre dans la bataille. Et c’est le piège de Vaucouleurs. Persuadés qu’ils vont faire la paix avec l’empereur, les quatre fils d’Aymon s’y rendent sans armes, sans escorte et sont encerclés. Ils se défendent vaillamment mais, sans le secours de Maugis, leur cousin, ils passaient de vie à trépas. La bravoure de Roland va alors se mesurer à celle de Renaud, mais le combat reste sans issue, les deux hommes étant de même valeur. Richard, le plus jeune frère de Renaud, est ensuite fait prisonnier et délivré in extremis par Renaud, au moment d’être pendu.

 

Maugis, chevalier emérite et magicien tire les ficelles du récit. Fils du Duc Beuves d’Aigremont il est en conflit ouvert avec Charlemagne. C’est lui qui a donné à Renaud Bayart, le cheval-fée ainsi que l’épée Froberge dont tous les coups portent. Chaque fois qu’il le peut, il vole au secours de ses cousins les quatre Fils Aymon. Mais voyant que la lutte s’éternise, il a la sagesse de se faire ermite pour rendre la paix possible. Alors Charlemagne finit par céder sous la pression des douze pairs. Renaud lui livre Bayart et part en pèlerinage à Jérusalem avec Maugis pour obtenir le pardon de leurs fautes. Charlemagne fait précipiter Bayart dans la Meuse, une meule de moulin au cou, mais le cheval réussit à s’échapper et la légende dit qu’il erre encore dans la forêt d’Ardenne où tous les ans, il hennit le 21 juin.

 

De retour à Montauban, Il apprend le décès de son épouse, confit ses enfants à Charlemagne, quitte discrètement le château et se fait engager comme maçon sur le chantier de construction de la cathédrale de Cologne. Jalousé, il est assassiné par ses compagnons et jeté dans le Rhin. Son corps miraculeusement préservé, il est vénéré comme un Saint martyr.

Renaud de Montauban est désormais appelé Saint Renaud.

 

 

Les 4 fils Aymon – Article du Parisien

 

 

Télécharger le fichier PDF: Parisien

 


Adresse de la mairie

Hôtel de Ville
37 av Blanqui

Tél: 03 24 53 94 20

Fax: 03 24 53 94 39


Lundi au Jeudi:

8h15 à 12h et 14h à 17h45

Vendredi:

8h15 à 12h et 14h à 17h15